C’est dans la section coup de cœur d’un magasin de livre que j’ai trouvé le livre Ébène, Aventures africaines de Ryszard Kapuscinski. Tiens tiens, un livre sur l’Afrique? Je me suis rendu compte à ce moment que je ne connaissais presque rien sur cet immense continent. Des projets humanitaires, des déserts, des safaris, oui, mais encore? J’ai bien peur que mes connaissances se limitaient à très peu de choses. C’est alors avec un intérêt nouveau, une soif d’apprendre et l’esprit ouvert  que j’ai entamé ce livre. 

Résultat? Je suis bouleversée.

Ébène, Aventures africaines, se trouve à être les observations de Ryszard Kapuscinski, un journaliste polonais. Pour son travail, il parcourut différents pays de l’Afrique, toujours en essayant de s’immerger dans ces cultures, de les comprendre et en vivant souvent dans des conditions de vie difficiles.

 On y retrouve le récit de différentes rencontres et de différentes aventures au Ghana, à Zanzibar, en Ouadan, en Ouganda, au Rwanda, au Soudan, en Somalie, au Dakar, en Éthiopie, en Côte d’Ivoire, en Tanzanie, au Nigeria et au Cameroun. On y ressent au travers des pages toutes les difficultés que ces peuples ont affrontées et affrontent jour après jour : la maladie, le manque d’eau, la pauvreté, la chaleur insoutenable, la guerre, la dictature et j’en passe.

Élément qui m’a marqué

On a tendance à parler d’Afrique comme un continent. On parle de chacun de ses pays, mais on réalise une chose importante plus les pages du livre avancent «En réalité, à part la notion géographique, l’Afrique n’existe pas.»*. Des lignes ont été tracées sur une carte, des frontières ont été montées sans l’avis des clans et des peuples qui y vivaient. Chaque clan a des croyances et des modes de vie différentes. Ceux-ci se sont retrouvés dans un pays, au côté d’autres clans, parfois ennemis.

Autre élément qui m’a marqué

Ces guerres entre clans se faisaient à l’époque avec les armes créées de leurs propres mains (lances, arcs, etc.). Une des choses que les Occidentaux aient amenées en Afrique en bien trop grande quantité est les armes automatiques. Ces armes ont été mises dans les mains de membres de clans remplis de haine envers d’autres. Elles ont été mises dans les mains d’enfants et d’adolescent. Et dire que la majorité de ses guerres ont passé et passe encore inaperçu.

J’ai appris, au travers les yeux de Ryszard Kapuscinski, certains moments de l’histoire de ses peuples. J’ai appris sur leurs conditions de vie. Mais surtout, ce livre passionnant a éveillé en moi une curiosité d’en connaitre plus sur les peuples d’Afrique.

Est-ce un livre qui vous intéresse? L’avez-vous déjà lu? Qu’en avez-vous pensé?

*Ryszard Kapuscinki, Ébène Aventure africaines, Pocket, 2002, p. 7.

Je suis Caroline de Chambly, au Québec. J’ai deux enfants (5 ans et 3 ans). Je suis entrepreneure (Filabil) et blogueuse (Explore en Famille). Comme bien des mères, je cherche mon temps et mon énergie. Pas facile d’inclure le voyage dans mon horaire, mais j’y arriverai. Je partage mes voyages en famille, d’une mère bien occupée à une autre.

Vous aimerez peut-être aussi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *